HAITI

Haïti

AVSI est présente en Haïti depuis 1999 dans le Département du Sud avec des interventions dans les domaines de l’agriculture, sécurité alimentaire, eau et assainissement, protection de l’environnement, lutte à la malnutrition et éducation. Elle intervient en zone urbaine à Port-au-Prince dans les deux bidonvilles de Cité Soleil et Martissant depuis 2004 avec des interventions en protection de l’enfance, éducation, réinsertion sociale, réduction de violence communautaire et droits humains, activités génératrices de revenue, promotion des droits des femmes. A la suite du tremblement de terre de 2010, AVSI a commencé à Port-au-Prince des activités de lutte à la malnutrition et de reconstruction des structures communautaires. Depuis 2013, AVSI intervient dans le Département du Nord, avec des interventions dans les domaines de l’agriculture et de la sécurité alimentaire. 

Contacts

 

 

 

Bureau de Représentation

17, rue Jacob (Route de Frères)

Port-au-Prince

BP 15540

Tel. (00509) 29432076

E-mail : fiammetta.cappellini@avsi.org

 

 

AVSI et l’Union européenne clôturent « Valè Timoun yo »

Le 26 octobre, AVSI, ensemble avec ses partenaires, a célébré la fin du projet « Valè timoun yo », un projet de 3 ans qui a eu comme objectif la réduction de la violence contre les enfants, avec un focus sur le recrutement dans les bandes armées.

28/10/2016

La cérémonie de clôture dudit projet s’est tenue à l’hôtel Ritz Kinam II, en présence de l’ambassadeur de l’Union européenne, Vincent Degert et des Partenaires officiels du projet : l’Institut du Bien-être Social et de Recherches (IBESR), la Commission Nationale Justice et Paix (JILAP), l’Organisation pour la Promotion des Jeunes et Enfants en Difficulté (OPJED).

L’ambassadeur de l’Union européenne, Vincent Degert, a souligne lors de la cérémonie que AVSI a aborde avec beaucoup d’intelligence et de cohérence cette problématique très complexe des enfants victimes de violence : « Grace a des formations sur les droits des enfants et suite aux effets dévastateurs de la violence sur le développement socio-émotionnel et cognitif d’un enfant, les capacités de prévention et prise en charge des victimes de l’IBESR, de JILAP et de tous les acteurs impliques sont aujourd’hui renforce », a explique le diplomat.

Le projet « Valè timoun yo », finance par l’Union européenne avec un montant de 1.800.000 euros, a vu la prise en charge directe de 1.100 enfants victimes de violence et lies aux bandes armées, 100 fillettes mères et 100 femmes chef de ménage.